Fèvrier / Mars 2003
Semaine Du 26-02 au 04-03-2003 

 

L’ANGE DE L’EPAULE DROITE de Djamshed Usmonov. (3/20) 0
Tadjikistan - Couleur, 1h39 - 2002.
Avec : Uktamoi Miyasarova, Maruf Pulodzoda, Kova Tilavpur, Mardonqul Qulbobo.

Drame : Hamro revient dans son village après dix ans d’absence pour veiller sa mère mourante (?) Il se fait piéger par ses nombreux créanciers. Endetté jusqu’au cou, il n’y a plus d’issue pour lui...De la poésie et des histoires d’anges vont s’en méler - et s’emmêler - et cela va donner... ce petit film approximatif qui, malgré quelques petits moments plaisants, va surtout nous donner envie de rêver à ce qu’aurait pu être, autrement mise bout à bout et autrement colorée cette suite d’images mollement interprétée par des acteurs non professionnels (une fois de plus !). Toutefois l’interprète de Hamro, à condition de rester monolithique, possède une indéniable présence.

CHICAGO de Rob Marshall. (0/20) 0
USA - Couleur, 1h45 - 2002.
Avec : Renee Zellweger, Catherine Zeta-Jones, Richard Gere, Queen Latifah, Lucy Liu.

Comédie musicale : Ça chante et ça danse plutôt mal, mais les couleurs, les décors et l’enchaînement particulièrement fluide des images -bien plus harmonieux que la musique- sont chatoyants. Certes le travail est fignolé, certes on peut comprendre que des gens peuvent y prendre du plaisir, mais, l’histoire faussement dévergondée et les situations artificielles m’ont fait bondir plus d’une fois. Quant à Mézigue, il a hurlé lors de la scène de pendaison allègrement illustrée par une musique guillerette ! Après l’ignoble Cabaret , on refait de l’entertainment d’une manière même pas cynique, complètement débile avec tout et n’importe quoi. A quand une comédie musicale intitulée Once Upon a Time at Auchwitz ?

DARK WATER de Hideo Nakata. (0/20) 0
Japon - Couleur, 1h37 - 2002.
Avec : Hitomi Kuroki, Rio Kanno, Mirei Oguchi, Asami Mizukawa.

Fantastique : De l’eau sale qui goutte puis qui coule, coule, coule... Des pantins débiles qui s’agitent dans tous les sens sans motivations cohérentes. Des situations cauchemardesques de bazar... Nakata, l’inoubliable créateur de The Ring, au sommet du fin fond d’une cuvette sale. Une japoniaiserie particulièrement navrante.

8 MILE de Curtis Hanson. (0/20) 0
USA - Couleur, 1h51 - 2002.
Avec : Eminem, Kim Basinger, Brittany Murphy, Mehki Phifer, Ewan Jones.

Film musical : Encore une histoire vraie. Encore un film complètement faux. Eminem aussi expressif que ses godasses. De la musique (?) rap à gogo. Ambiance archi-toc pour une histoire qui se veut réaliste. Kim Basinger complètement égarée. Tout pour plaire aux zonards qui rêvent de limousines...

ESPION ET DEMI - (I Spy) de Betty Thomas. (0/20) 0
USA - Couleur, 1h36 - 2002.
Avec : Eddie Murphy, Owen Wilson, Famke Janssen, Malcolm McDowell, Gary Cole.

Comédie : Eddie Murphy et l’extra-terrestre Owen Wilson dans une série de cascades, de courses, de poursuites, de castagnes et de rigolades. C’est d’une originalité et d’une finesse telles qu’on se demande vraiment comment il se fait qu’il y ait des gens qui osent imaginer encore l’existence d’un tel ramassis de pellicule. On a tout simplement envie de casser la gueule au metteur en scène, même si c’est une nana ! Poing final !

MA VRAIE VIE A ROUEN de Olivier Ducastel et Jacques Martineau. (0/20) 0
France - Couleur, 1h42 - 2002.
Avec : Ariane Ascaride, Jimmy Tavares, Jonathan Zaccaï, Hélène Surgère, Hamako Bron.

Comédie dramatique : Etienne, un petit morveux, filme sa vie avec une toute petite caméra et nous donne ainsi l’occasion de voir un spectacle complètement subjectif. En fait, c’est surtout du cinéma d’amateur effronté. Effronté, prétentieux et chiant. C’est du genre j’te filme pendant que tu bouffes; lui, il filme ses séances de patinage artistique, ses amis, sa maman et tout çà à Rouen. Soudain, sa vie change : il découvre le désir. Et bien sûr, il est homo... Bouleversant.

L’OURS ROUGE - (Un oso rojo) de Adrian Caetano. (7/20) 1
Argentine - Couleur, 1h34 - 2002.
Avec : Julio Chavez, Soledad Villamil, Luis Machín, René Lavand, Agostina Lage.

Policier : Après sept ans de prison, pour meurtre et vol à main armée (c’est un sérieux, le gars), Oso obtient sa libération conditionnelle et fera tout pour réintégrer sa famille, reconquérir sa femme et sa fille. Mais un certain Turco va le faire replonger dans la vie de malfrat, d’autant plus facilement que Oso, dans cette société de merde, n’a pas d’autre solution pour gagner sa croûte. Une découverte intéressante : l’acteur Julio Chavez, très juste et fin, dur et tendre à la fois.

THE SAFETY OF OBJECTS de Rose Troche. (0/20) 0
USA - Couleur, 2h - 2001.
Avec : Glenn Close, Delmot Mulroney, Jessica Campbell, Patricia Clarkson, Moira Kelly.

Drame : Une histoire de famille dans une banlieue américaine, bien fadasse et qui ne laisse pas de trace. Rien à signaler, sinon quelques présences assez désagréables en l’occurrence : Delmot Mulroney, une pléiade d’acteurs ricains insignifiants et en tête de distribution, Glenn Close, toujours aussi virile, comme son nom l’indique.

UN COUPABLE IDEAL - (Murder on a Sunday Morning) de Jean-Xavier de Lestrade. (17/20) 3
France - Couleur, 1h51 - 2002.

Documentaire : O divine surprise! Il aura donc fallu attendre deux mois pour voir un film qui sorte nettement de l’ordinaire ! Et ô ironie, ô paradoxe, il s’agit en vérité d’un téléfilm; mais à chaque règle, ses exceptions. Bien sûr, nombreux sont ceux qui ont vu ce bijou sombre sur le petit écran et rares seront ceux qui se déplaceront pour le voir ou le revoir au cinéma. Qu’importe, je fais partie de ces rares chanceux. Je rappelle rapidement l’histoire: à Jacksonville, en Floride, une femme blanche est zigouillée à coup de pétard. Le seul témoin, c’est son mari gâteux. Comme par hasard, on attrape le premier noir venu, qui passait par là, un adolescent de quinze ans. On s’empresse de l’arrêter, de l’inculper et de le faire avouer. Heureusement, des gens d’exception existent parfois réellement, en ce bas monde. En l’occurrence, les avocats du jeune Brenton Butler, à savoir Ann Finnell et, surtout, un certain Patrick McGuiness, homme droit, digne représentant de la justice, d’une intelligence très affûtée, un vieux pro au charisme surprenant. N’hésitons pas à être banals en disant qu’avec ce film choc, Jean-Xavier de Lestrade prouve qu’une fois de plus la réalité dépasse la fiction. Bravo !

LA VIERGE MISE A NU PAR SES PRETENDANTS - (Oh! Soo Jung) de Hong Sang-Soo. (0/20) 0
Corée - Noir et blanc, 2h06 - 2000.
Avec : Lee Hunju, Jung Bosuk, Moon Sungkeun.

Drame : Une jeune femme de vingt-quatre ans toujours vierge a une liaison avec un certain Jae-Hoon, mais refuse de gaspiller le capital qui se situe entre ses cuisses. Ce brouillon tortueux et tordu n’est même pas un film de cul. Si d’aventure vous allez le voir et que vous y comprenez quelque chose, n’hésitez pas à me contacter pour m’expliquer.

 

Haut de Page

 

Droits de reproduction et de diffusion réservés © 2004 Strahinja Kosmajac