JANVIER 2015

Semaine 01 à 05 Du 31/12/2015 au 27/01/2015


CHARLIE’S COUNTRY - de Rolf De Heer - (7/20)
Australie - Couleur, 1h48 - 2014.
Avec : David Gulpilil, Peter Djigirr, Luke Ford, Peter Minygululu, Gary Waddell.

Drame : Voici un être humain. Il a une dégaine d’enfer. Il marche dans une nature assez désolée. Il est plutôt noir de couleur, mais sa chevelure et sa barbe sont noir et blanc. C’est un autochtone. Zob, c’est un Aborigène d’Australie. Il est beau comme un astre ; il s’agit de David Gulpilil. Il n’a plus rien, plus de travail, plus de logement. Il est chassé de chez lui. Les flics sont sympas avec lui à condition qu’il ne fume et qu’il ne boive pas. Il est pour le moins déshérité et il se révolte à sa manière -d’une manière toute naturelle. Il ira si loin qu’il finira rasé de partout et emprisonné. C’est proprement dégueulasse. Je suis Charlie.

 


DANS LA COUR - de Pierre Salvadori - (7/20)
France - Couleur, 1h37 - 2013.
Avec : Catherine Deneuve, Gustave Kervern, Féodor Atkine, Pio Marmaï, Nicolas Bouchaud, Oleg Kupchik, Michèle Moretti, Garance Clavel, Carole Franck.

Comédie dramatique : Cette fois c’est un musicien, raté de par sa volonté, qui se retrouve dans une cour en tant que gardien. Il ne comprend plus rien au monde dans lequel il vit ; heureusement il y a Deneuve, une des proprios qui accidentellement ou non, le comprend et l’accepte. Le mari, Féodor Atkine, excellent au demeurant, joue la naïveté d’une manière qui parfois dépasse l’humanisme. Le problème, c’est que nous sommes là dans un monde complètement réduit et merd, réducteur. Il y a dans cette histoire des personnages et des interprètes qui n’ont pas leur place dans ce microcosme qui certes est ébouriffant d’absurdité, mais par ailleurs très peu crédible. Nous passerons avec élégance sur un final “pirouettique”... Sans oublier la présence douce et frappante de Kervem, Deneuve et Atkine.

 


LA RANCON DE LA GLOIRE - Xavier Beauvois - (0/20)
France - Couleur, 1h54 - 2013.
Avec : Benoît Poelvoorde, Roschdy Zem, Séli Gmach, Nadine Labaki, Peter Coyote, Chiara Mastroianni, Xavier Maly, Dolores Chaplin, Xavier Beauvois, Marilyne Canto, Olivier Rabourdin, Eugène Chaplin, Xavier Beauvois, Philippe Laudenbach.

Comédie dramatique : Bon, alors là c’est pas compliqué ! Poelvoorde ne sait pas dire non et il tourne dans n’importe quoi depuis des années. Fuyez, fuyez mes frères ! Fuyez, fuyez mes soeurs ! ici il n’ya que vermine.

 


WHIPLASH - de Damien Chazelle - (19/20)
USA - Couleur, 1h47 - 2013.
Avec : Miles Teller, J. K .Simmons, Melissa Benoist, Paul Reiser, Jason Blair, Chris Mulkey, Austin Stowell, Nate Lang, Suanne Spoke, Charlie Ian, Damon Gupton.

Drame : T’as un petit con et t’as un chauve. Au début, tu sais pas. Pourtant, tu te doutes. Tu te dis, le chauve qui est le maître, tu le comprends illico. Tu te dis, après qu’il ait entendu l’élève, qu’il va en faire ce qu’il veut. Or, tu ne sais pas exactement s’il le juge bon ou mauvais. Très vite, tu te dis qu’il s’agit d’un schéma classique et que le maître tout en sachant que l’élève est bon, va faire semblant de le considérer comme nul à chier. Ici commence l’histoire. Nous sommes entre batteurs, l’élève est-il meilleur que le maître ? A cette heure la question ne se pose pas. Le maître est un crâne chauve (J.K. Simmons) qui est impressionnant pire que quatre diables ; l’autre c’est un couillon de merde. Il lui fait comprendre ou sentir ou entendre ou bien lui ment-il que ça vaut la peine d’essayer avec lui. Les cours prennent. Et c’est à partir de là cher spectateur, que tu ne sais plus qui est qui où tu en es toi-même. Il est inutile d’aller plus loins dans l’histoire. L’élève semblera dépasser le maître à certains instants. Mais il n’en est rien. C’est le maître qui domine. Et il est cruel. Mais dans quel sens est-il cruel ? Pour faire évoluer l’apprenti ? Ou bien pour le démolir par sadisme ? Mon cher spectateur, nous n’en saurons rien jusqu’à la fin. Une fin absolument magistrale. Magique ?
Il faut savoir que Miles Teller est saxophoniste. Il sait jouer de la batterie et qu’il connaît bien l’art dramatique.
Il faut savoir que J.K.Simmons a pratiqué Broadway pendant 20 ans en tant que chanteur et acteur d’où son sens du rythme absolument effrayant.
Il est inutile de vous préciser que ce film est hautement recommandé par Cinekosma.

 


 

Haut de Page


Droits de reproduction et de diffusion réservés © 2004 Strahinja Kosmajac