MARS 2019

Semaine 10_11 du 6 au 19 mars 2019


LA TERRE VUE DU COEUR - (20/20)

Canada / Québec - Couleur, 1h31 - 2017.

Avec : Hubert Reeves et Frédéric Lenoir.

Documentaire : L’astrophysicien Hubert Reeves n’est pas très optimiste. Personne ne peut prévoir l’avenir ; cependant, selon des données affreusement scientifiques si l’on continue ainsi, il n’y aura presque plus rien de vivant d’ici à la fin du siècle. De toute façon, nous vivons dans un monde fini et nous ne pouvons pas revenir en arrière. Quant à l’avenir, il approche de plus en plus rapidement. Tout est lié et tout va de plus en plus vite. L’Homme est orgueilleux et il est le grand prédateur. Mais il n’est situé ni au-dessus ni en dessous ni au milieu ; il fait partie intégrante du monde vivant. A l’heure actuelle, dans le monde entier, c’est la finance qui règne. Il faut démolir les banques et le symbole argent. Celui-ci ne se mange pas ! Une démocratie ne peut supporter la violence mais le gouvernement actuel français joue le pourrissement par rapport aux citoyens qui manifestent parce qu’ils ont faim. Mais, ça ira mieux demain. Le DVD de ce document est en vente sur le net.

 


UN COUP DE MAÎTRE – (Mi Obra Maestra) de Gaston Duprat - (4/20)

Argentine / Espagne - Couleur , 1h41 - 2018.

Avec : Guillermo Francella, Luis Brandoni, Raul Arevalo, Andrea Frigerio, Maria Soldi, Melina Matthews, Julio Marticorena, Pablo Ribba.

Comédie : Les comédies françaises ne sont pas les seules à ne plus faire rire personne (sauf les cons). Les Américains, les Hispaniques et même les Pygmées ont perdu le sens de l’humour. Ne jamais dire que Charlie ou Rabbi Jacob nous a fait rire ! Danger de mort ou dans le cas de figure le plus bénin, un glaviot dans l’œil gauche. Nous vivons dans un monde de haine provoquée par la paupérisation. La culture… c’est moins la ture - et au masculin. Quoique… la culle serait bien perçue par l’Académie de la languette francouille. Ici, le script est brouillon. L’auteur de ces lignes était fatigué et a manqué s’endormir. Voici, une fois de plus, un film pour rien. Pas d’inquiétude néanmoins - la finance est là pour étouffer ce détail. Cependant, les gens crèvent de faim. Voilà une démarche fort pratique pour réduire la démographie humaine. C’est toujours ça de pris avant la fin.

 


LA FAVORITE - (The Favorite) - de Yorgos Lanthimos - (5/20)

USA / Irlande - Couleur, 2h00 - 2018.

Avec : Olivia Colman, Rachel Weisz, Emma Stone, Nichola Hoult, Mark Gatiss, James Smith, Joe Alwyn, Faye Daveney, Paul Swaine, Emma Delve.

Drame : Selon Télérama, ce film est enthousiasmant de nouveauté !!! Nous voilà au XVIIIe siècle à la cour d’Angleterre. La reine gouinasse dur avec ses larbines. Olivia Colman, une bonne femme de nationalité britannique mais anglophone, grimace fort bien. Les Américains lui décernent l’oscar de la meilleure actrice ! Seule vraie et merveilleuse comédienne, Emma Stone, n’a pas eu de prix - mais elle s’en moque - elle a déjà eu l’oscar pour La La Land, un très joli film musical réalisé par Damien Chazelle. En France, c’est le contraire. Peu importe le physique, c’est ce qui se passe à l’intérieur qui compte ! Ainsi, en 2005, Michel Bouquet dans le rôle de François Mitterrand reçoit le César du meilleur acteur, l’année où Romain Duris, merveilleux dans l’une des œuvres majeures du grand cinéaste Jacques Audiard, De battre mon cœur s’est arrêté, nommé pourtant lui aussi, est parti de la cérémonie bredouille et écoeuré. Ad ogni modo, il s’agit dans cette oeuvrette merdeuse, de traiter d’une sexualité  bassement représentée et d’un féminisme immonde.

 




Haut de Page


Droits de reproduction et de diffusion réservés © 2004 Strahinja Kosmajac