VOTRE COURRIER
Le 11 juillet 2012, Yves, f nous écrit

A propos de : La part des anges

C'est encore moi ; je dois vieillir, mais je me suis surpris à m'inquiéter pour les protagonistes de cette histoire, tout en sachant au fond de mon esprit cartésien que ce conte de fée est bien évidemment une fable...

Peut-être cela est-il dû au talent de Ken Loach ou à celui de son directeur de casting (avis aux réalisateurs français).

Déjà deux films intéressants en un mois, vive la météo actuelle qui m'interdit la plage.

Réponse de Cinékosma : Ah ! La part des anges! Pas encore vu. Néanmoins dans mon village, on nous fera l'aumône de ce film à partir du 25 juillet !
A bientôt

Strak

 

 

Le 13 juin 2012, Yves, fidèle lecteur de cinékosma, nous écrit

A propos de : De rouille et d'os

J'ai vu cet après-midi sur les conseils de Cinékosma le dernier film de Jacques Audiard, ce fut un choc que dis-je une déflagration...

J'ai rarement essuyé une larme au ciné, que celui qui est resté insensible me jette la première pierre.

Bonne continuation à toi.

Réponse de Cinékosma : Mille mercis, mon cher Yves. On a beau dire, un témoignage pareil, cela fait toujours plaisir. Surtout venant d'un spectateur aussi exigeant que toi.
Très cordialement.
Strak

 

 

Le 8 janvier 2012, Yves nous écrit

Bonjour et merci pour tes critiques "averties" sur le ciné.
Je t'ai trouvé sévère avec le dernier film de Woody Allen, que j'ai pris comme un aimable divertissement dont la conclusion n'est pas "c'était mieux avant, sous-entendu, quand nous étions jeunes", mais au contraire qui dénonce cette pensée facile et sans fondement en nous plongeant dans différentes époques.
Par contre je suis 100% en accord avec ta critique de Carnage que nombres de critiques " pro" on snobé comme étant une pièce de théâtre filmée indigne de Polanski ; Si je suis ce raisonnement, je ne vais plus voir aucun film dont l'action ce passe dans un seul endroit clos ou non...
Je ne vais pas m'énerver en ce début d'année que je te souhaite cinéphile.
Il fait gris je vais me mettre un DVD...
Fenêtre sur cour, qu'est-ce que tu en penses ?

 

Réponse de Cinekosma : Toujours ce regard affûté sur le cinéma, même s'il diverge parfois avec le mien. L'essentiel étant d'avoir toujours un regard sur cet art qui fout le camp bien souvent.

Excellent choix que Fenêtre sur cour, les classiques sont une valeur sûre pour ensoleiller nos soirées.
Cordialement à toi et grosses bises à Fabienne
Le capitaine Strak

 

Le 19 mars 2009, Jean-Pierre nous écrit

Enfin un regard sain sur le cinéma français !
Je vais en avoir pour des mois à rattraper mon retard.
Un tout nouveau inscrit.

 

Réponse de Cinekosma : Votre message a été reçu cinq sur cinq en plein palpitant. Merci infiniment !
Cordialement.
Missié Cinekosma

 

Fin juillet, notre ami Bob Lampion nous écrit :

A VOIR ABSOLUMENT

Let’s Get Lost - (USA-1988) de Bruce Weber
Avec : Chet Baker, William Claxton.
Comédie dramatique : Evocation de la vie du célèbre trompettiste

Le 29 février 2008, Yves Gesrel et Fabienne, nous écrivent :

Je te trouve bien souvent sévère, parfois même de mauvaise foi ; certains acteurs ne trouveront jamais grâce à tes yeux, alors que quelques réalisateurs quoiqu’ils fassent ne produiront que des chef-d’oeuvres, c’est ton charme, tu assumes.

Je viens de regarder ton palmarès 2007, et contrairement à l’immense majorité de tes « confrères critiques », tu n’encenses pas, c’est un euphémisme, « faut que ça danse » …

Nous avons fait l’erreur de nous déplacer pour aller voir cette chose que certains n’hésitaient pas à qualifier de chef d'oeuvre, c’est d’autant plus déprimant que nous sommes très peu allés au ciné en 2007, d’un autre côté, nous pourrons dire, nous y étions, comme il y a quelques années, certains s’en souviennent peut-être, nous vîmes « Bewolf »* avec Christophe Lambert.

Que de souvenirs émus pour si peu……

Continues à nous prodiguer tes critiques, que nous ne suivrons probablement pas entièrement mais que nous lirons toujours avec grand intérêt.

Fabienne & Yves

* Orthographe non garantie

Réponse de Cinékosma : Très prochainement, je parlerai du dernier film de Kusturica, mon cinéaste préféré et de loin. Ainsi vous pourrez constater, en plus de l'étendue de ma désolante déception, combien je puis être impartial.

En tout cas, merci de votre courrier... et faites très attention la prochaine fois que vous allez voir un film français !

A bientôt,

Mézigue et moi-même

 

 

 

 

Le 11 janvier 2008, Lafoire, nous écrit :

Mon dieu que c'est bon de lire vos critiques !! et surtout des critiques sans préjugés snobinardo-bobos !! c'est bon mais en même temps dangereux car je rigole tellement que j'ai failli plusieurs fois m'étrangler en grignotant quelques gourmandises .

j'espère encore pouvoir lire vos critiques un bon moment et surtout sur des "vieilleries" ricaines de l'âge d'or dont je me délecte particulièrement .

Réponse de Cinékosma :Toutes mes excuses pour cette tardive réaction, mais nous avons eu beaucoup de pépins techniques ces dernières semaines. Cela dit, nous tenons à vous remercier infiniment pour votre intelligent et agréable courrier. A bientôt !

Signé : Mézigue et Moi-Même

Le 7 août 2007, Jacques Rabet, nous écrit :

Bonjour,
je viens de découvrir votre site sur le cinéma, j'ai lu quelques unes de vos critiques.
Cela correspond bien à mes goûts cinématographiques...Je pense la même chose sur beaucoup de films...
Bravo pour votre humour,Continuez...

J.Rabet

Réponse de Cinékosma : votre réaction est rare et bien évidemment d'autant plus précieuse. N'hésitez pas, à l'avenir, à répondre de la manière la plus spontanée, voire totalement négative si tant est que vous soyez en désaccord...! Merci d'avance...

Signé : Mézigue, Moi-Même, Bricout, Petrovic, Pritchard...

Le 6 juillet 2007, Nicole Eraud, nous écrit :
Je suis allée à l'opéra bastille voir le temps des gitans d'Emir et c'est sensationnel emouvant tout simplement grandiose on en redemande, à voir absolument!
Nicole
Le 5 juillet 2007, Catherine Lieutenant, nous écrit :
Bonjour à vous.
À propos de Glastonbury délirant : cette année, pour cause de mousson froide, il s'est déroulé dans la boue.
Vous pouvez, si vous voulez, en voir quelques images coquettes sur Der Spiegel Online (English - Photo Gallery) ou
http://www.spiegel.de/fotostrecke/0,5538,22675,00.html
Je vous souhaite un été radieux plein de petites salles obscures.
Catherine

Le 31 mai 2007, Michèle Laurent, notre fidèle lectrice,à propos du film Le scaphandre et le papillon
A voir absolument : le scaphandre et le papillon, une leçon de vie. On se demande encore comment on a pu faire un scénario avec cette histoire, et comment un cinéaste a pu la tourner; c'était infaisable et Schnabel l'a fait. Il n'y a pas de film plus "humain", on est à la racine même des choses, l'esprit plus fort que le corps, la puissance de l'imagination et de la création, la relation aux autres, à soi-même et à la mort; et en plus, c'est beau !

Le 6 décembre 2006, de Strak à Arnaud (pseudo Al Pacino/De Niro
L'e-mail de réponse que je vous ai adressé, m'a été retourné avec un message d'erreur. Je serais heureux que vous me contactiez à l'adresse suivante : strak@cinekosma.com en me laissant vos coordonnées. Bien cordialement.SK
Le 29 septembre 2006, Michèle Laurent, à propos du film Indigènes
J'ai trouvé le film très émouvant, mais je trouve que la scène finale n'est pas juste : Abdelkader est un rebelle, ce n'est pas lui qui se morfondra tout seul dans un foyer; lui il rejoindra le FLN et après la guerre, s'il revient en France, il sera syndicaliste, père de famille, et apprendra à ses enfants l'égalité et la justice. On aurait pu imaginer cette fin pour Saïd, mais Saïd devait mourir avec son sergent. Alors cette scène est inutile, il suffisait de montrer le cimetière et l'annonce sur le blocage des pensions. C'est bien quand même, plein d'humanité.

Le 31août 2006, Antoine D.

Cher Mezigue et Même-Vous,
Je viens de visionner le film BE COOL- de F. Gary Gray
Votre critique est excellente, j'ajouterais néanmoins un petit bémol en ce qui concerne votre note. Pour ma part vu l'enjeu de ce film je noterais tout simplement 20/20.
Les acteurs sont excellents, le scénario tient bien la route, la musique est parfaite.
Tous ces éléments sont suffisamment rares dans une comédie pour la mal noter.
Alors comme vous le dites si bien "Après tout, que demande le peuple...?"
Et bien le peuple vous demande 20/20 pour ce film et vous dit cher Mezigue : BE COOL(voir critique Cinekosma)
Antoine D

Le 22 juillet 2006, Catherine Lieutenant

Bonjour.
A propos du Don Quichotte soviétique, savez-vous qu'il est venu à Paris, Tcherkassov, à peu près à cette époque-là (l'année exacte m'échappe). Il était alors député de la Baltique. Reçu en grande pompe au TNP, où il a fait un discours-fleuve, que traduisait Gérard Philippe. Il avait une très belle voix. Pas tout à fait aussi belle que celle de Micieslaw Voit (Mère Jeanne des Anges), mais presque.
Continuez, c'est très amusant de vous lire, même quand on ne verra pas les films dont vous parlez.
A propos de comédies italiennes, est-ce que vous détestez aussi celles de Lina Wertmüller ?
Cordialement
Catherine Lieutenant

Le 27 juillet 2006, A Catherine

Bonjour Chère Catherine,
C'est toujours un plaisir de recevoir un courrier de votre part ! Comprenez ma surprise, une personne d'un âge respectable qui s'intéresse à un site aussi peu soucieux de respect, cela incite à une forme de respect inédite.
Je suppose que vous plaisantez lorsque vous dites que je déteste la comédie à l'italienne. Bien au contraire, j'admire et adore ce genre dont la démarche consiste à équilibrer nos émotions entre le rire primaire et la tragédie outrancière ! La vie en soi n'est qu'une ridicule tragédie que nous sommes amenés à vivre bien malgré nous. Il me semble qu'un bon nombre de cinéastes italiens des années 50 aux années 80, héritiers d'une tradition séculaire, ont su exprimer ce déséquilibre dans l'équilibre d'une magnifique et fort risible manière !
Pour ce qui est de Lina Wertmüller, je suis plutôt partagé. J'ai adoré Pasqualino avec le fabuleux Giannini (qui fut d'ailleurs l'acteur fétiche de Lina) mais suis plus réservé par rapport à des films relativement connus comme Mimi Metallo, blessé dans son honneur. Cela dit, j'ai toujours été infiniment consterné par le mépris dont on fit preuve à l'égard de cette cinéaste ; sans doute, n'avait-on retenu que son côté outrancier... J'ajoute que j'ai également beaucoup, beaucoup, aimé Vers un destin insolite, sur les flots bleus de l'été. N'oublions pas cependant qu'une partie non négligable de l'oeuvre de Wertmüller ne fut pas considérée comme digne d'être distribuée en France... J'en profite pour rappeller que même le fameux Rocco Pappaleo, réalisé par le maestro Scola et interprété par Mastroianni... et qui plus est, datant de 1971, n'a jamais trouvé preneur en France !!!
Et ce, malgré le formidable entêtement de Jean-Louis Trintignant qui se battit à l'époque, au point de créer sa propre maison de distribution, pour faire connaître ce film aux spectateurs français... !
Je tiens encore à vous dire la joie que nous ressentons chaque fois que vous nous écrivez ! Continuez autant qu'il vous plaira, nous n'en serons que plus comblés !
Très cordialement,
SK et toute l'équipe

 

Le 12 mai 2006, Catherine Lieutenant

Je n'ai jamais envoyé de mail à strak@cinekosma, mais je viens de parcourir avec plaisir votre site en "pièce jointe", après avoir cliqué pour accuser réception de votre message. (Vous me suivez ?). Je suis abonnée à la newsletter de www.kustu.com. Vous seriez une sorte de pollen en prime ? Quoi qu'il en soit, merci. J'ai visité et lu avec le plus grand intérêt, quoique cet intérêt soit tout platonique : j'habite une petite ville du fon de la Belgique où il n'y a plus de cinéma du tout, mis à part un affreux complexe excentré où ne passent que des fonds de tiroirs américains pour ploucs spectateurs de TF1/RTL. Voilà. J'ai l'âge d'avoir vu presque tous les titres de l'Age d'Or à l'ancienne cinémathèque. Vous me rajeunissez. Continuez. Bon courage.

Catherine.

P.S. Les films de Kusturica, je prends le train pour aller les voir.

Le 25 mai 2006, A Catherine

Chère Madame,
Veuillez me pardonner de vous répondre avec un retard certain. Toutefois, j'y tenais absolument afin de vous remercier de votre courrier qui est le plus chouette que j'aie reçu à ce jour !
Très cordialement.
P.S. Je vous imagine dans 20 ou 30 ans, ayant conservé le regard aussi pétillant que celui de Suzanne Flon et aussi malicieux que celui de Denise Grey. Conservez votre jeunesse, chère Catherine.

 

Benoît Bernade


Cela doit décidèment être dur de supporter tous ces nanars chaque semaine.
Ils s'étonnent de ne plus nous voir au cinéma, mais c'est dur de trouver la motivation pour voir des 'acteurs' qui déjà squattent chaque soir nos écrans de télé, type Julie Depardieu, Dany Boon, Jean Dujardin, Berléand, Clovis Cornillac.... . A la place ils pourraient au moins trouver des actrices sexy !

Félicitations pour ton site qui nous épargne la langue de bois et le publi-reportage type Studio ou Première (il y a plus de 15 ans, ils étaient tout de même un peu plus lisibles ...); et le côté rive gauche-Saint Germain pour Les Cahiers.

Bonne continuation et bon courage car au risque de paraître passéiste, il devient dur de trouver la motivation pour se déplacer au cinoche....

Benoît.

Christian Chandler
Bien le bonsoir à vous, Mrs. Moi-même et Mézigue !
J'ai plutôt du mal à trouver les mots pour commencer.. Fan depuis près de 6 mois, Cinekosma est rapidement devenue la seule "revue critique" que je consulte chaque semaine pour me renseigner sur l'actualité cinématographique. La 1000ème critique parue, je me décide à vous envoyer un mail pour vous faire part de mon admiration. La découverte de Cinekosma m'est apparue comme un vent de fraîcheur pour l'esprit : enfin des critiques qui ne baratinent pas pendant des heures, n'analysent pas à tout va n'importe quel film, ne consacre pas 100p à raconter les derniers potins people et autres stupidités .. Enfin quelque chose de nouveau ! A vrai dire, à part Positif (et peut-être Brazil, en moindre mesure), vous êtes bien les seuls qui me reconcilient avec les critiques. Je baratine un peu, mais vos commentaires sur les critiques étaient si justes qu'ils m'ont donné envie de m'y attarder quelques secondes..
Si plus de gens venaient jeter un oeil sur votre site, je pense que cela nous débarrasserer de beaucoup, beaucoup de navets .. De même, les jeunes cinéastes en herbe prendraient exemple sur les véritables artistes actuels, que vous plébiscitez à chacune de leurs sorties, et fouteraient tout le reste à la poubelle, comme il se doit, pour remettre un peu d'ordre dans ce qu'est devenu le Septième Art - ce terme se perd d'ailleurs de jour en jour - . Nous assissterions ainsi, enfin, à une " Nouvelle vague" digne de ce nom !! J'essaye tant bien que mal de faire connaître votre site au plus de gens possibles, mais beaucoup sont horrifiés par vos commentaires, qu'ils jugent souvent vains, faciles et vulgaires .. Ils préfèrent les torchons habités par le néant ou la masturbation intellectuelle, le tout en language soutenu bien entendu.. Je pensais faire publier un article sur votre site dans un petit journal étudiant de Paris 1, mais il me faudrait votre accord avant toute chose !
Passons cette fois à vous! Une sorte de petit interview pour vous connaître un peu mieux :) Je lisais ce matin dans l'article concernant le 1000ème film : " Un seul voyeur-rédacteur et une équipe totalisant trois à cinq personnes au maximum, selon les périodes ! Pas mal... " Mézigue et Moi-même sont donc la même personne ? Je n'avais pas bien saisi cette phrase .. serais-ce votre côté Dr. Jekyll - incarné par Moi-même- et Mr. Hyde - incarné par Mézigue- ?
Je pense avoir saisi plus ou moins quels sont les cinéastes pour lesquels vous ressentez le plus d'admiration - Kusturica, Salles, Cassavettes, Leone, Moore - entre autres je crois .. Il m'était venu à l'idée de vous poser quelques questions pour me renseigner d'avantage sur vos goûts .. Quels sont donc vos films favoris ? Les cinéastes que vous admirez le plus -en dehors des 4 cités - ? Travaillez-vous vous même dans le cinéma ? Des questions futiles, mais qui animent ma curiosité. Plein d'autres questions me viennent à l'esprit mais à quoi bon ...
En tout cas, continuez éternellement dans la même lignée, et longue vie à Cinekosma et au Cinéma !
Chris
A Christian Chandler: 
Très cher cinéphile, vous me comblez ! Qui plus est votre courrier tombe à point nommé en cette maussade journée où plein de soucis m'assaillent. Nous semblons être parfaitement sur la même longueur d'ondes ! Comme je viens de le dire, je suis un peu débordé mais ne manquerai pas de vous répondre plus largement dans les meilleurs délais. Merci infiniment de votre réaction.
Jekyll and Hyde
 
Jérôme Vignal
J'ai fait un tour sur votre site, et je suis triste pour vous. Donner un avis libre ne signifie pas être contre tout le monde, c'est une attitude d'adolescent attardé. Que vous ayez des idées sur les films, est une bonne chose, cependant un avis ne sertait comme souvent dans vos articles se limiter à "Les critiques ont tort"; "Mon cul"; "c'est nul" etc etc. Quant à votre critique de "Village", j'en aurais honte à votre part, car ne pas aimer un film n'implique pas la vulgarité, j'apprécie davantage les gens qui ont des avis opposés au mien à condition qu'ils aient l'intelligence de l'affirmer dans une langue correcte, et avec une certaine pertinence, quand je lis:"Comme il était difficile de faire pire que Signes, Shymoidanslamain plafonne...! A propos de déféquer, tiens ! ".
Car un bon critique se doit au d'avoir un peu de respect, vous en êtes aussi peu pourvu que possible c'est fort dommage la forme du site est aussi ergonomique que le contenu fait peine.
Bonne continuation.
A Jérôme Vignal
Ah! Mon cher Jérôme !
Comme votre regard me semble sélectif ! Ecoutez, le site Cinékosma est assez grand pour se défendre tout seul. C'est pourquoi je vous suggère de vous y replonger - en ouvrant bien les yeux cette fois - afin d'en goûter toute la diversité.
Et au lieu de vous effaroucher telle une vieille pucelle attardée, vous feriez bien d'argumenter vos propos ! En effet, dans votre courrier je ne lis nulle réflexion quelque peu étayée au sujet de "Village", ce film que vous semblez avoir tant aimé... alors que dans le même temps vous me reprochez d'être insuffisamment explicite...!
Le comble avec des gens comme vous, c'est que les poutres qui leur crèvent les yeux ne les empêchent point de voir les brins de paille qui se trouvent dans ceux d'autrui... !
Cordialement vôtre.S.K.
Matthieu Dhennin
Bonjour,
Je sais bien que le principe de votre site est la libre critique des films que vous allez voir, mais de plus en plus souvent, j'ai l'impression d'assister à un braquage systématique de toute la production récente, pour n'encenser de vos 20/20 que les vieux classiques. Le dernier exemple ? "Crossing the bridge" dont vous n'avez pas du tout saisi l'essentiel. D'abord, le pont, on ne l'emprunte pas pour se rendre à Istanbul. Ce n'est pas la démarche du film. Istanbul est situé de part et d'autre du Bosphore. L'hotel où descend le narrateur est situé côté occidental. Le fameux pont relie les deux rives de la ville, et symbolise la réunion de toutes les cultures qui composent cette ville. Le but n'était pas de faire un reportage touristique leché sur la ville d'Istanbul : le bazar, les mosquées, Topkapi, ca va, on connaît, ce sont les images d'Epinal archi-classiques d'Istanbul. Aujourd'hui plus encore que jamais, avec les débats houleux qui ont animés la campagne du référendum sur la question turque : on a besoin de comprendre l'identité de ce pays, et d'abord, de cette ville. Le documentaire y répond, et comme on n'a pas de "belles" images à contempler, on ne peut se concentrer que sur le vrai contenu du film : le brassage culturel unique au monde qui a lieu dans ce chaudron magique qu'est Istanbul. Ce brassage culturel est très bien rendu, et ne vous en déplaise, aborde tous les pans de la culture musicale : que ce soit celle des jeunes (oui, le rap existe, même si personnellement ce n'est pas ma musique préférée non plus), des anciens, des professionnels comme des amateurs, des mendiants comme des plus riches. C'est tout ça la musique, c'est tout ça Istanbul, et le film le restitue à merveille. Moi aussi j'ai été soufflé par la performance de la chanteuse kurde, mais j'ai aussi aimé comment elle parlait de ses origines : vous me semblez être passé totalement à côté de la dimension sociale et politique du film, alors que c'est là le plus important (au delà de sa qualité visuelle ou du fait que l'on aime ou que l'on n'aime pas telle ou telle musique).
C'est dommage.
Personnellement, je mettrai bien 20/20 à Crossing the Bridge, moi. Dans la catégorie documentaire, bien sur.
Allez, sans racune, je continue de vous lire.
Matthieu
A Matthieu Dhennin :  
Bonjour à vous,
Je suis malheureusement assez pressé pour vous répondre dignement; néanmoins, j'avais également hâte de vous remercier vivement pour votre réaction !
J'ai tout de même le temps de vous préciser que je suis particulièrement sensible à l'esthétique (et non point aux cartes postales esthétisantes) et encore plus particulièrement attaché à l'art de la vraie photographie. Si je m'emporte quelquefois, c'est surtout parce que je constate que le cinéma est de plus en plus envahi par toutes formes de vidéo...
Néanmoins, bien que nous ne serons jamais tout à fait d'accord - et c'est tant mieux - je trouve sincèrement votre analyse d'excellente qualité.
Je vous rappelle, pour finir, que je suis essentiellement sensible aux émotions que peut procurer le cinématographe et moins aux réflexions parfois excessivement intellectuelles qui finissent par nous faire oublier le vrai but (me semble-t-il) de la démarche artistique...
Encore merci, et évidemment sans rancune aucune !!!
Strahinja KOSMAJAC
De Matthieu Dhennin à nouveau
Bonjour Strahinja,
Je suis bien ravi que vous n'ayiez pas mal pris mes propos. En me relisant, je trouve que mon ton était un peu sec. Cela dit, j'apprécie votre travail, et entre cinéphiles, je vous salue.
Matthieu - de kustu.com
http://www.kustu.com
karimrabatel
Salut , voila un site interessant. Des films notés que j'ai vu je suis assez d'accord dans tes critiques . Je ne dirais qu'une chose " vive Emir Kusturica" et le bohneur qu'il nous procure . Bonne continuation , a plus.
Karim.
A karimrabatel:  
Bravo Karim ! vive Kusturica... et que vivent tous les internautes qui écrivent à Cinekosma.
Mézigue et Moi-Même.
luc.leroy10
Bravo pour votre site que je viens de découvrir. Véritablement je crois que nous sommes du même avis : le cinéma du 21 ème siècle est devenu bien lamentable.

L.Leroy
De Boulogne-Billancourt
A Luc Leroy:  
Bravo, Luc Leroy !
Vous êtes un homme de goût et de bon sens !
Plus sérieusement, merci infiniment pour votre courrier !
Mézigue, Moi-Même et toute l'équipe.
Angelina
C'etait pas Tom Jones qui chantait Oh Lady Mary mais, pire encore, David Alexandre Winter, père d'Ophelie...
A Angelina:  
Ca va mal ! En tout cas, merci chère fidèle lectrice de ta vigilance ! En effet, c'est la faute à Mézigue ! Il me bouscule tellement que j'en arrive à écrire n'importe quoi ! (Je rappelle qu'il s'agit de l'article sur le film "Red and White Blues").
Moi-Même et mes excuses.
Mayarsloup
Un site étonnant ! Continuez ! VAM
A:  Mayarsloup
Bien que mes remerciements soient tardifs, j'espère que vous les accepterez!
A bientôt, j'espère!
Le flingueur de "navets".
Anne
Un site extraordinaire ! enfin un site clair et agréable à consulter ; par ailleurs le ton des critiques change de l'ordinaire ; le ton mordant m'a bien fait rire ; quelques bonnes claques bien senties, cela ne fait pas de mal ; mais fort heureusement, il n'y a pas que des claques, de fort belles brassées de roses aussi ; l'année 2003 a été tellement catastrophique surtout au niveau des comédies françaises qui, bien souvent, étaient d'une débilité profonde. J'ai bien aimé Chicago contrairement à Mézigue ou Moi-même?
Au fait, à quoi ressemble Mézigue ?... et moi-même ?...
A bientôt
Anne
A:  Anne
Ma chère Anne,
J'ai du mal à vous croire! N'y aurait-il pas quelque flatterie là-dessous? En tous cas, votre courrier m'encourage à rester moi-même, et, au nom de toute l'équipe, je vous remercie humblement! A quoi ressemblè-je, me demandez-vous? Hé, hé! Heureusement que nous ne sommes pas sur un site de "rencontres"... Sans quoi, je vous fixerais de ce pas, un rendez-vous en tête-à-tête! Blague à part, je ressemble à moi, il paraît... Quant aux autres, Mézigue et Moi-Même, ils sont peu fréquentables et difficiles à décrire... Cela dit, il se pourrait, si vous continuez à visiter le site, que vous ayez droit à une surprise... A bientôt! Cinékosma.
Eowyn
j'ai l'impression que tu es assez dur dans ta notation !!!
A:  Eowyn
Je ne sais pas si je suis juste; mais, pour être sévère, je suis sévère! Ma démarche (surtout en ces temps difficiles où les navets abondent) ne consiste pas à pousser les gens à aller voir n'importe quoi.
Merci pour ta réaction.
A bientôt.
Strak
 
Haut de Page